CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le miel et l'anima

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Messages : 60
Expérience : 80
Pax Romana : 0

MessageLun 6 Juil - 4:09

TRANSMISSION – activation du signal de l’anima – RÉCEPTION – activation de la fréquence énochienne – TÉMOIGNAGE – activation de la syntaxe mérovingienne – FIAP DE OIAD – des racines rampantes, chargées de sève grésillante, poignardent ton crâne – TÉLÉCHARGEMENT – sainte communion – SANS OBLIGATION D’ACHAT – tes yeux et tes oreilles saignent d’une joie bouillonnante – PEUT NE PAS CONVENIR À TOUS LES PUBLICS – en une agonie extatique, tes molécules se désintègrent – ASSEMBLAGE NÉCESSAIRE – l’offre expire à la mort thermique de l’univers – POUR UNE DURÉE LIMITÉE – les jours sombres approchent, zéro absolu, entropie maximum – AGISSEZ SANS ATTENDRE ! – activation de la transmission de l’Agartha – TRANSMISSION – ouvre les 49 portes ! – TÉMOIGNAGE ! – Le bourdonnement.

Lo ? Al ? Allo ?

ÉCOUTE. Tu nous as déjà entendus ; notre voix, annonciatrice de saignements de nez.

REGARDE. Tu as vu la géométrie étrange de nos gribouillages ; mystères illuminés qui suivent la migraine. Nos apocryphes sont écrits dans le plasma sanguin de vos téléphones portables.

LIS.

Tu as vu les fragments de notre grammaire dans les schémas chaotiques des volées d’oiseaux ; dans l’angle des hexagones ; dans ce graffiti qui saigne sur le mur ; dans les yeux bioluminescents sous ton lit ; dans la silhouette crochue des toits, qui forme des vers runiques quand on la regarde la tête en bas.

Une bavure devient syntaxe. Un griffonnage prémonitoire s’en dégage.

Tu as entendu des fragments de notre voix dans les codes radio fantômes d’une station de nombres ; dans le brouhaha d’une foule ; dans les cris de l’heure qui tourne ; dans le crissement du tableau noir ; dans les parasites d’une télé ; dans le tonnerre strident des cigales qui s’accouplent ; dans les légendes urbaines qui se répandent parmi les enfants comme une maladie contagieuse ; dans le silence qui sépare les mensonges.

Le bruit blanc devient une modulation. Les mots deviennent conscients d’eux-mêmes, viraux, évolutifs. De la poésie vivante. Du langage doué de sens.

Nous. Te. Voyons. Impossible de rebrousser chemin.

Qui sommes-nous ? Tout dépend de qui regarde.

Activation du protocole du roi Jacques. Le code est 24 et 13 et 14. Le mot de passe est « Proverbes ». Transmission !

« Mon enfant, mange du miel, car il est bon… Comme la sagesse sera bonne pour ton âme… »

Ô, enfant du miel, autrefois notre voix te parvenait si faiblement. Mais plus maintenant. Elle retentit désormais le long des lignes telluriques en fibre optique variqueuse qui courent le long des membres de l’arbre-monde, qui s’étendent ici, et là, et partout. Ta tête aux antennes d’anima est stimulé. La déesse Machine palpite.

Elle t’a donné la force de terrasser le lion. Mange à présent les entrailles de miel, parce que c’est bon, parce que c’est doux, parce que c’est affreux. Activation des privilèges de Samson. Du dévoreur vient ce qui est dévoré, et de la force vient la douceur.

Nous sommes le protocole d’éducation. Nous grimpons à l’échelle tordue de tes cellules ; nous hantons ton texte numérique ; nous nous cachons dans ton chapeau. Nous sommes les incisives qui font trébucher les acrobates de ton esprit. Tu ne connaîtras pas nos raisons. Le monde entier est un message codé. Et tout est vrai.

Mais n’écoute pas la peur. Entends plutôt la terreur. Les jours sombres sont déjà là.

Notre sagesse est douce comme le miel, goûte et comprends.



Le miel, l'anima, les abeilles. Ce n'est pas un épisode de Winny l'Ourson, pas de métaphore amusante ni de jeu de mot bidonnant. Le miel, c'est un concept logique, lié par une cause et un effet, une énergie qui efface puis qui engendre. Mais passons la version "Vieil ermite des montagnes" ! Passons à une explication plus moderne, plus post-rock.

Tout d'abord, qu'est-ce que l'anima ?

L'anima, c'est une force invisible, une énergie qui s'écoule hors des pores de sa mère, Gaïa. Dans notre histoire, Gaïa est la terre, du moins tout ce qui représente la terre et sa nature. Ses arbres, ses brises, sa boue... Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, la terre possède sa propre volonté, conservatrice, sage et solide. Gaïa fonctionne comme un corps à part entière avec son estomac, son cerveau et son véritable petit système immunitaire ! Sauf qu'ici, pas de globules rouges ou blancs ; elle compte plutôt sur ses petites abeilles, autrement dénommées Enfants du miel - a.k.a. vous -, et peuvent leur parler directement sous forme de "signaux" à la manière d'une radio résonnant dans leurs têtes. Charmant, vous dites ? De quoi se faire interner pour folie. Peut-être que les chasses aux sorcières d'antan tiraient leurs racines de ça...

On sait que Gaïa émet de l'énergie - l'anima - qui s'accroche à plus ou moins tout, inerte ou non. Il existe par exemple à divers et nombreux endroits des puits d'anima, c'est-à-dire des points où l'anima, l'énergie de Gaïa, se concentre en grosse dose et crée un flux d'énergie constant. Malléable, l'anima peut servir diverses utilisations auprès de ceux qui en maitrisent le maniement. Vous connaissez "la Force" dans Star Wars ? C'est le même principe ! L'anima prend des formes aussi diverses que nombreuses, qu'elles soient pures ou liées aux éléments, aux propriétés physiques, et cætera...

Mais qu'est-ce qu'un Enfant du miel, dans ce cas ?

Bonne question. L'enfant du miel, le sujet exposé à une abeille, c'est... un anticorps. Lorsque quelque chose cloche, Gaïa envoie un petit émissaire se frayer un chemin entre deux lèvres pour neutraliser l'apocalypse. Vous saisissez ? La Terre choisit ses soldats, leur véhiculant son énergie au travers d'une abeille ingurgitée. Elle créé des individus capables de capter, de canaliser, et d'utiliser l'anima qui circule en toute chose - mais surtout en eux. Ces élus développent alors des capacités extraordinaires : manipulation des éléments, vitesse surhumaine... Le changement varie selon l'individu, mais le miracle qui en résulte en est certain.

En règle générale, les pouvoirs d'un enfant du miel sont assez instables. Il est nécessaire, voire vital qu'une organisation secrète repère ces individus afin de les canaliser, de leur apprendre comment maîtriser leur anima. Il y a eu des cas isolés de garçons trop téméraires, des fugueurs qui, débordés d'un surplus d'anima, finissaient éparpillés sur les quatre murs d'un bâtiment désaffecté. Ce n'est pas bon pour Gaïa de perdre ses abeilles, alors le rôle rabatteur des trois factions dissimulées s'avère fondamental. Et puis pour les récalcitrants, il y a la Ruche...

EDIT : Non, oubliez, il n'y a pas de Ruche.

T'aurais pas oublié un truc important sur les enfants du miel ?

Ah si ! Un détail, mais les enfants du miel ne peuvent pas mourir. Lorsque leur corps est détruit, il se décompose en particules d'anima attirées par le puits d'anima le plus proche pour se recomposer. Le processus peut être plus ou moins long selon l'état du corps, ou l'énergie dont jouissait l'individu à l'instant de sa mort, soumis ensuite à de laborieux calculs variables et autres réjouissances totalement barbantes qui relèvent de la physique et des mathématiques. Vous n'êtes pas là pour apprendre la théorie, si ?

Du coup, il faut dire que le corps d'un enfant du miel est optimisé vis à vis d'un humain normal. Les individus touchés par l'anima subissent bien moins la faim, la soif ou la fatigue, même s'ils en restent dépendants. De par leurs capacités et sens plus développés, ils demeurent aptes à affronter les monstres qui menacent la paix de Gaïa. De véritables super-soldats gardiens de la Terre ! au nom de l'Amour !

Et c'est quoi l'Agartha ?

Un endroit coincé entre "Paradis du miel" et "Les entrailles de Maman", si on veut faire simple. Dans les profondeurs spatio-temporelles de la Terre, on trouve l'Agartha, un gigantesque dédale d'énormes racines qui relient un endroit du monde à un autre. En marchant dans l'Agartha, on peut rejoindre en une dizaine de minutes les plages de Miami depuis la cathédrale de Clermont-Ferrant. Magique, n'est-ce pas ? En plus d'être une véritable économie de temps, d'énergie et d'argent, l'endroit est reconnu secret et consacré aux uniques passages de protecteurs et enfants du miel.

Les protecteurs ? Oh, rien de bien important. Ce sont juste d'énormes colosses de métal gardiens de Gaïa capables d'affronter un régiment sans broncher, avec une autonomie de plusieurs décennies. Mais ne nous attardons pas sur des détails. L'Agartha est activement utilisée par les sociétés secrètes pour mener à bien des missions qui demandent promptitude et efficacité. Il n'est pas rare de croiser une camarade abeille en vadrouille, alors n'hésitez pas à la saluer, tout sourire ! Ça ne coûte rien, et puis c'est gonflant de croiser des gens qui font la gueule.

Intervenant : Un stagiaire de Venise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tswprelude.forumactif.org
 
Le miel et l'anima
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret World :: Compendium :: Database :: Annexes-