CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Clos | Cours, marche ou rampe, Mais ne cesse jamais d'avancer | Sept. 2008

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Messages : 44
Expérience : 200
Pax Romana : 1320

MessageJeu 3 Sep - 20:59

Septembre 2008 - Séoul : Au Kumiho Hotel
Chambre 102 - aux alentours de 19h
Présents : Laura Sapkowski - Dragon - Grade 2 - #5c9037
Ombe - Dragon - Grade 1

Some of them want to use you, some of them want to get used by you. Some of them want to abuse you, some of them want to be abused.

Une chambre comme tant d'autres, vide, froide, impersonnelle. Elle ne t'appartient pas, comme tout ce qui est depuis le jour où tu goûtas au miel. L'immobilité ne t'a jamais plu, mais maintenant, elle te rend folle. Alors tu n'as pas de maisons, pas d'appartement, et aucun point d'attache où l'on pourrait te cloîtrer. Tu es libre et tu aimes ça. Tu ne restes jamais plus de quelques jours au même endroit, voyageant à travers le monde et te perdant trop souvent dans les méandres de l'espace. Tu ne disparais pourtant jamais totalement, et il suffit bien souvent de suivre les échos de ton chaos pour te trouver. Lui, il te trouve toujours, en tout cas...
Verre en main, tu t'avances vers la fenêtre de ta petite chambre, l'ouvrant soudainement en grand en la glissant sur le coté.
Tu as toujours besoin d'air Laura, au risque d’étouffer...

L'air est frais, en cette soirée de septembre. Tu la sens caresser tes cheveux alors qu'une brise légère laisse deviner qu'un automne des plus doux vous attend. Sans plus de cérémonie, tu t'assois en prenant place sur le rebord de ta fenêtre, avant d'enfin tremper tes lèvres d'alcool, le laissant même glisser le long de ta gorge pour répandre son feu dans ton corps. Tu grimaces un instant : c'est une très mauvaise vodka, de qualité médiocre. Hormis par nostalgie, tu ignores pourquoi tu t’obstines à ne vouloir que celle-là. Tu pourrais probablement boire tous les alcools du monde désormais, mais rien ne te plaît autant que cette pauvre vodka de campagne, fabriquée artisanalement... Elle à un goût aigre, pareil aux souvenirs amers qui blessent le palais et brûlent la langue...
As-tu réellement tiré un trait sur ton passé, Laura?

Sous tes airs distraits et nonchalants, tes yeux ne quittent cependant pas la rue à quelques mètres en dessous de toi, que tu lorgnes avec une impatience amusée. Tu attends, tu guettes. Pour peu, tu traquerais. Qui? Tu l'ignores, on ne t'a pas donné de nom. Tout ce que tu sais, c'est qu'on te donne un nouveau papillon à veiller pour son premier envol. Ce qui t'étonne le plus dans cette histoire, c'est qu'on te le donne à toi.
Généralement les nouveaux sont trop tendres, trop délicats pour tes crocs. Tu n'es pas tendre Laura, loin de là, et la pédagogie n'est pas ton point fort... Alors pourquoi ce choix? Oui, tout t'intrigue, ce soir. Dans le fond, tu es perplexe. Dans le fond, tu es amusée.
Tu en sourirais presque.

Une nouvelle recrue, donc. Intéressante? Forcément, tous les enfants du miel le sont. Tu ignores ce qu'on a pu lui dire sur toi. A vrai dire, tu ignores même s'ils ont pris le temps de lui expliquer quoi que ce soit. Les dragons ne sont pas connus pour leurs explications complètes et claires, mais tu sais qu'elle viendra, et ce même s'ils ne lui ont probablement rien dit d'autre que de ''suivre les papillons'', ou une connerie du même genre. Ils adorent ça, c'est un fait...
Tout cela n'est qu'un test, tu en es certaine. Ils évaluent son chaos, ils comprennent ses variables et ils les additionnent avec les tiennes, cherchant probablement quelque chose qui te dépasse. Il ne faut pas essayer de comprendre la tête, ce n'est pas votre rôle, soldats.
Contente-toi d'incarner le chaos Laura, c'est déjà amplement suffisant...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 29
Expérience : 40
Pax Romana : 312

MessageJeu 3 Sep - 22:07

Sérieusement, il fait froid ! Quelle idée de se balader en soirée aussi. Déjà que je ne connais pas la ville, si en plus il fait nuit, ça n'arrange pas les choses. Pourtant cette atmosphère me plait, je suis seule telle une ombre dans la nuit. Ou devrais-je dire, telle une Ombe dans la nuit ! Je rigole, surement pour essayer de chasser la nervosité. Et oui, ma solitude n'a plus longtemps à vivre. Je dois rencontrer quelqu'un, une femme m'a-t'on dit, afin de parfaire mes connaissances et de m'améliorer. Une sorte de tuteur, en somme.

Rah, ça m'énerve, j'aime pas ça ! A la limite, partir en mission avec quelques personnes, pourquoi pas. Mais me confier à quelqu'un, je vois pas vraiment pas pourquoi. De plus, je ne sais rien d'elle, si ce n'est que c'est une femme au tempérament explosif. J'espère qu'elle n'est pas trop bavarde car elle risque d'être déçu.

Il faut suivre les papillons, je ne sais même pas ce que ça signifie. Au moins j'ai une adresse , le Kumiho Hotel. D'ailleurs, plongée dans mes pensées, je n'ai pas fait attention mais je suis finalement arrivé. Je lève les yeux, le ciel est parsemé d'étoiles. Puis, mon regard redescend lentement vers l'hôtel et là je la vois. Une femme, tranquillement assise sur le rebord de la fenêtre, en train de regarder la rue où je me trouve. Serait-ce elle que je dois rencontrer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 44
Expérience : 200
Pax Romana : 1320

MessageVen 4 Sep - 2:12

Septembre 2008 - Séoul : Au Kumiho Hotel
Chambre 102 - aux alentours de 19h
Présents : Laura Sapkowski - Dragon - Grade 2 - #5c9037
Ombe - Dragon - Grade 1

Et là, tu la vois. Tu sais à l'instant même où vos regards se croisent que c'est elle, celle qu'on t'offre, qu'on t'abandonne. Tu souris, tu lui souris de ce sourire doux-amer, lui faisant un signe de tête pour l'inciter à monter et te rejoindre. Qu'elle vienne, qu'elle approche plus près, il est temps qu'elle rencontre le loup maintenant.
La brebis est morte désormais, et de ses cendres est né un dragon.

Tu n'as pu réellement la voir d'ici, mais elle semble jeune, ce qui, ceci dit, ne t’empêche pas de servir un second verre de Vodka, le laissant alors négligemment traîner sur la table au centre de cette chambre. A la voir ainsi, on dirait de l'eau, si une forte odeur d'alcool ne s'en dégageait pas. Tu ignores si elle boit, mais avec toi elle devra apprendre, de toute façon, alors autant commencer maintenant, n'est-ce pas?
Vous finissez tous par avoir besoin de quelque chose pour tenir le coup au quotidien, autant le comprendre le plus vite possible.

Nonchalante, tu prends place sur l'une des deux chaises de la table, attendant qu'elle arrive avec une impatience contrôlée. Il fait presque frais dans cette pièce, la brise s'engouffrant sans la moindre vergogne par ta fenêtre laissée volontairement ouverte, te permettant d'entendre le murmure de la ville, au loin. Tu aimes entendre, toujours sur le qui-vive.
Avec le temps, le silence est devenu pour toi synonyme de danger...

Elle arrive, enfin. La porte de ta chambre s'ouvre, laissant une jeune femme faisant presque ta taille s'aventurer dans ta tanière, marcher dans ta demeure d'une nuit. Elle est grande, c'est bien, tu as toujours aimé la grandeur. Elle ne semble pas très forte, presque trop fine, mais ça changera. Il le faut. Tu l'observes un instant, la regardes, la jauge, avant d'enfin lever un sourcil, tandis qu'un sourie amusée apparaît sur tes lèvres.
Tu ignores tout d'elle, et à vrai dire, tu ne cherches pas à en découvrir plus que ça.
Aller à l'essentiel, c'est la seule chose utile dans ton monde. Tu la toises un instant presque trop long, la laissant prendre place sans rien dire. Profitons encore un peu du silence, pour le temps qu'il durera...

- Ils les recrutent au berceau maintenant? Tu as quel âge? Déjà, tu la testes. En fait je m'en fiche, tant que tu sais te  battre et que tu désires le faire, ça me va.

D'un geste vague, tu lui désignes le verre ainsi offert. De la vodka pour une gosse qui n'a peut-être jamais touché à de l'alcool? Tu y vas fort. Mais c'est comme ça que tu esquisseras au mieux son caractère. Tu as toujours préféré la pratique à la théorie pour comprendre les autres.
Acculés, ils se dévoilent bien plus vite.

- C'est pour toi. A moins que tu ne préfères de l'eau? J'espère bien que non, les pisseuses ont le don de m'agacer. Elles pleurent toujours trop vite, tu comprends...

Tu provoques, tu t'amuses, mais déjà tu contrôles et mènes la discussion. Tu imposes tes avis. Ton sourire mutin montre qu'il n'y a là aucune obligation, juste de la provocation et ses conséquences. Vous faites connaissance en suivant tes règles, pour le moment. Tu as besoin de savoir avec qui tu travailles, à comprendre comment ils agissent pour les manier comme il se doit Il est hors de question que par la faute d'un autre, tu en viennes à échouer. La réussite envers et contre tout, voilà qui résumerait bien ta façon de penser...
A cette idée, ton sourire disparaît et le sérieux apparaît enfin sur ton visage, dans ta voix tandis que tu poses ton verre sur la table, ayant fini de le vider. Assez joué pour ce soir.

- Ton nom, gamine.

Tu t'imposes. Toujours.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 29
Expérience : 40
Pax Romana : 312

MessageVen 4 Sep - 11:22

La femme me fait un signe de la tête, m'invitant à monter. Elle a surement due me reconnaître. Je n'hésite pas, je rentre dans l'hôtel, salue rapidement la réceptionniste, tout en lui demandant un numéro de chambre. Elle m'indique la 102. Je ne la remercie pas, c'est son boulot après tout. Je n'aime pas parler plus que nécessaire aux gens, je m'engage donc dans les escaliers. 100 ... 102, c'est là ! J'hésite un instant. Après tout, ce n'est pas la peine de frapper, elle m'attend.

J'ouvre la porte, je la vois assisse devant une table. L'ouverture de la porte provoque un courant d'air qui me fait frissonner. Vraiment, je hais le froid ! C'est paradoxale puisqu'il correspond à mon caractère, silencieux et solitaire.

Tandis que j'avance, elle me jauge. Je suppose qu'elle cherche à estimer mes capacités. Soit, je commence à avoir l'habitude d'être jugée ainsi. Je profite de ce moment pour m'installer en face d'elle, attendant qu'elle engage la conversation.

- Ils les recrutent au berceau maintenant ? Tu as quel âge ? En fait je m'en fiche, tant que tu sais te  battre et que tu désires le faire, ça me va.

Au moins, elle est franche. J'aime ça ! Elle ne cherche pas à me parler plus que nécessaire. Elle m'indique le verre posé sur la table, surement pour m'inviter à le boire. Je l'observe, il contient un liquide transparent. De la vodka, je dirais, vu l'odeur d'alcool qui s'en dégage.

- C'est pour toi. A moins que tu ne préfères de l'eau? J'espère bien que non, les pisseuses ont le don de m'agacer. Elles pleurent toujours trop vite, tu comprends...

Moi, une pisseuse ? Elle essaye de m'impressionner, de me faire peur. Mais ça ne marchera pas, j'ai vu pire. Si pour certains, elle pourrait passer pour un loup, elle n'est qu'une humaine, Enfant du Miel certes, mais néanmoins humaine. Il en faudra plus pour m'intimider.

-Ton nom, gamine.

Encore un ordre ! Ça ne me dérange pas tant que ça, c'est juste un peu lassant à force. Je prends le verre et le porte à mes lèvres. Je n'ai pas pour habitude de boire mais un verre ne se refuse pas, surtout à cette température. La vodka coule dans ma gorge et réchauffe tout mon corps. J'esquisse une grimace, elle est infecte !

- Ombe, dix-sept ans.

J'essaye d'être concise, d'aller droit au but.

- Je n'ai rien d'une pisseuse ! Et avant de demander le nom de quelqu'un, on se présente.

Et voilà ! J'ai vraiment un don pour compliquer les choses. Enfin, si on peut appeler ça un don...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 44
Expérience : 200
Pax Romana : 1320

MessageVen 4 Sep - 16:57

Septembre 2008 - Séoul : Au Kumiho Hotel
Chambre 102 - aux alentours de 19h
Présents : Laura Sapkowski - Dragon - Grade 2 - #5c9037
Ombe - Dragon - Grade 1 #288B19

- Ombe, dix-sept ans.

Plus vielle que tu ne le pensais. Tu lui aurais donné moins, mais deviner l'âge des gens n'a jamais été une de tes qualités premières. Tu n'as toujours connu que des enfants aux yeux d'adultes, forgés par la difficulté, la souffrance et le malheur. Dans cette vie ou dans l'autre, cela ne change pas : il n'y a aucune place pour l'enfance...
Ombe. C'est révélateur de beaucoup de choses. L'absence de nom de famille déjà prouve une volonté d'oublier l'avant. Probablement n'est-ce même pas son prénom. Tu ignores si c'est le cas, mais dans un sens, ça t'est égale. Tu sais déjà tout ce que tu as besoin de savoir.

Quand elle attrape le verre, tu ne peux t’empêcher de lever un sourcil, regardant la scène sans un mot. Sa grimace était attendue. Cette vodka est infecte, même cette gosse le dit, et pourtant c'est la seule que tu bois. Tu n'as goût que pour elle et son aigreur semblable à la tienne.

- Je n'ai rien d'une pisseuse ! Et avant de demander le nom de quelqu'un, on se présente.

Qu'elle est mignonne! Malgré ta volonté de rester sérieuse, son ton et sa réplique ne peut empêcher un sourire moqueur de fleurir sur tes lèvres. Aurait-elle peur d'être assimilée à une pisseuse? Probablement. Une gamine voulant faire ses preuves donc, voulant montrer qu'elle est capable. Tant mieux, c'est celles que tu préfères, les autres se contente que trop vite de faire le minimum, s'appuyant sur les autres sans jamais chercher à aller plus loin.
Une attitude détestable.

-  Ça, il faudra me le prouver, gamine. Pour l'instant tout ce que je vois, c'est une bleue mal dégrossie qui frisonne de froid... Tu agis comme un soldat. Tu provoques comme un soldat. Il est impossible pour qui sait le comprendre, de ne pas voir là les traces de ton passé... Cependant, fis-tu en faisant un bref signe pour désigner le verre entre ses mains, tu es sur la bonne voie.

Attrapant la bouteille sur la table, tu remplies de nouveau ton verre. Il faut bien plus que cela pour que l'ivresse vienne chatouiller tes sens. A l'instant, hormis brûler ton corps, cet alcool de mauvaise qualité ne sert à rien, excepter t'aider à supporter l'insupportable et à taire tes envies malades...

- Alors c'est là tout ce que tu veux savoir, mon nom? Tu poses ton coude sur la table, y laissant s'appuyer ta tête, ton regard inquisiteur ne la quittant pas. Que je veuille le tien encore s'explique, mais le mien? Imagine que je n'accepte d’accéder qu'à une seule de tes demandes, avant de ne plus en supporter aucune, aura-t-elle vraiment été utile? Admettons que tu aurais pu me poser n'importe quelle question si tu avais été débarrassé des protocoles inutiles de la politesse, par exemple... ''Pourquoi tu es ici'', ou même, ''qui êtes-vous''? ''Qu'est-ce que le Dragon hormis une Voix vaniteuse et une Tête pré-pubère à peine sortie des couches de sa mère''? Mais non. Tu exiges mon nom. Qu'est-ce qu'il t'apportera, au fond?

Et que t'apportait le sien, alors? Une position de force, naturellement, mais pas seulement. Il t'en apprenait beaucoup sur elle, sur ce qu'elle cachait, sur ce qu'elle acceptait. Il te permettait de comprendre sa nature, de commencer à agir en conséquence pour la changer, pour lui apprendre.
Une gorgée amère, puis tu te lèves, allant jusqu'à la fenêtre que tu claques d'un bruit sec.
Tu n'es pas aussi insensible aux autres que tu aimes à le faire croire, Laura.

- Ne cherche pas à connaître les mêmes choses que moi, elles te sont inutiles pour le moment et ne t'apportera rien. Cherche uniquement à trouver ce qui peut te servir, ce qui t'es profitable, contrefiche toi du reste. Recommence.

Tu croises les bras tandis que tu t'appuies à la vitre froide qui glace ton dos, ne quittant pas cette gosse des yeux, tandis que tu lui laisses tout le temps de te répondre, de réfléchir. De choisir ses mots. Tu serais presque tenté de la trouver intéressante, n'est-ce pas? Naturellement, regarde comme tu t'amuses déjà d'elle. C'est bon signe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 29
Expérience : 40
Pax Romana : 312

MessageVen 4 Sep - 22:44

Elle sourit. Mais ce n'est pas un sourire réconfortant. Plutôt sadique ou moqueur.

-  Ça, il faudra me le prouver, gamine. Pour l'instant tout ce que je vois, c'est une bleue mal dégrossie qui frisonne de froid... Cependant, tu es sur la bonne voie.

Je le prends comme un compliment. J'aime qu'on me complimente mais je ne le dirais jamais. Cependant, si j'avais été seule, je n'aurais jamais bu cette vodka, je l'aurais jeté depuis longtemps. Mais pareil, je ne vais pas lui dire. Elle s'appuie sur la table et me regarde dans les yeux.

- Alors c'est là tout ce que tu veux savoir, mon nom?  Que je veuille le tien encore s'explique, mais le mien? Imagine que je n'accepte d’accéder qu'à une seule de tes demandes, avant de ne plus en supporter aucune, aura-t-elle vraiment été utile? Admettons que tu aurais pu me poser n'importe quelle question si tu avais été débarrassé des protocoles inutiles de la politesse, par exemple... ''Pourquoi tu es ici'', ou même, ''qui êtes-vous''? ''Qu'est-ce que le Dragon hormis une Voix vaniteuse et une Tête pré-pubère à peine sortie des couches de sa mère''? Mais non. Tu exiges mon nom. Qu'est-ce qu'il t'apportera, au fond?

Euh... je crois que je ne suis pas la seule à compliquer les choses. Ou alors, il s'agit là d'un autre test. Cependant, je n'ai aucune raison d'avoir peur. Je sais ce que je veux et elle ne me fera pas douter. Elle se redresse alors et va fermer la fenêtre dans un claquement sourd. Aurait-elle froid ? Ou a-t'elle remarqué que je frissonnais ? Dans tous les cas, elle n'est pas aussi insensible qu'il n'y parait.

- Ne cherche pas à connaître les mêmes choses que moi, elles te sont inutiles pour le moment et ne t'apportera rien. Cherche uniquement à trouver ce qui peut te servir, ce qui t'es profitable, contrefiche toi du reste. Recommence.

Bon, cette fois, je ne dois pas me tromper. Sauf que c'est vraiment son nom que je veux. Mais, elle ne se contentera pas de ça comme réponse. Je vais devoir développer, même si je n'aime pas ça.

- Si je n'avais qu'une question à poser... (Je prends le temps de trouver les bons mots) Je l'ai déjà posé. C'est ton nom que je t'aurai demandé. Toutes les autres questions qui me viennent à l'esprit auraient eu des réponses impliquant d'autres questions. Ce qui aurait posé problème puisque je n'aurais pas eu le droit de les poser. De plus, je n'ai pas vraiment envie de t'appeler "Madame" donc ce que je veux savoir, c'est ton nom !

Voilà, comme ça j'ai répondu à sa question. Cependant, il est vrai que j'ai plein de questions à lui poser. Ce n'est pas le moment, je dois attendre encore un peu...

-Bon, en fait, j'ai plein de questions. Ce que j'ai dit avant est vrai, mais vu que tu ne vas pas m'imposer qu'une seule question, je vois pas pourquoi je me retiendrais. D'abord, pourquoi je suis là ? Ensuite, le Dragon ne m'intéresse pas pour le moment. Et pour finir, cette vodka est affreuse !

C'est pas possible Ombe ! Je ne peux vraiment pas m'en empêcher. C'est quoi cette manie de toujours vouloir aller plus loin ? Je sens que ça va encore mal finir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 44
Expérience : 200
Pax Romana : 1320

MessageSam 5 Sep - 14:44

Septembre 2008 - Séoul : Au Kumiho Hotel
Chambre 102 - aux alentours de 19h
Présents : Laura Sapkowski - Dragon - Grade 2 - #5c9037
Ombe - Dragon - Grade 1 #288B19

Elle prend son temps, c'est un bon début. Qu'aurais-tu demandé si tu n'avais eu qu'une question à poser à quelqu'un, Laura? Probablement quand est-ce que tu aurais pu poser les autres. L'audace est un des points qui te caractérise, et comme tout à chacun, tu aimes ce qui te ressemble, ce qui t'est familier. Est-ce pour cela que tu méprises les hommes? Non, tu les méprises car ils se pensent supérieur à toi de par leur nature, pas par leurs actions, alors qu'il n'en ait rien. Aussi étrange que ça puisse paraître, on pourrait presque te traiter de féministe, si tu n'avais pas la fâcheuse manie de mépriser toutes les femmes n'étant pas à ton image... Tu aimes les femmes fortes, courageuses et combatives, les autres te dégoûte.
Tu es aussi intransigeante que narquoise, c'est un fait.

- Si je n'avais qu'une question à poser... Je l'ai déjà posé. C'est ton nom que je t'aurai demandé. Toutes les autres questions qui me viennent à l'esprit auraient eu des réponses impliquant d'autres questions. Ce qui aurait posé problème puisque je n'aurais pas eu le droit de les poser. De plus, je n'ai pas vraiment envie de t'appeler "Madame" donc ce que je veux savoir, c'est ton nom !

Décevant. Tu fais une petite moue, menant pensivement le verre entre tes mains à tes lèvres. Pas d'audace, pas de curiosité déplacer, aucune volonté d'aller plus loin, de chercher plus, quitte à se poser encore plus de questions. Oui, décevant... Alors que tu ouvres la bouche pour répondre, sa voix t'interrompre, reprenant soudainement la parole.

- Bon, en fait, j'ai plein de questions. Ce que j'ai dit avant est vrai, mais vu que tu ne vas pas m'imposer qu'une seule question, je vois pas pourquoi je me retiendrais. D'abord, pourquoi je suis là ? Ensuite, le Dragon ne m'intéresse pas pour le moment. Et pour finir, cette vodka est affreuse

Tu relèves la tête, ne laissant rien paraître, mais observant ton interlocutrice. Voilà qui est mieux, plus inattendu, plus audacieux. Tu en sourirais presque, mais tu as épuisé tes stocks pour la soirée. Il est fatiguant de devoir penser à le faire, et encore plus de devoir le maintenir. Si tu possèdes un humour acide et dérangeant, tu n'en restes pas moins physiquement peu aimable, ne souriant souvent que pour te moquer et blesser. Tu es assez inexpressive quand tu ne prends pas le temps de penser à tes expressions, dans le fond...
Chasser le naturel...

- Ne t'en fais pas pour la vodka, on se fait vite au goût, et puis, elle le talent non négligeable de devenir bien plus buvable au bout du troisième verre. Je la soupçonne de détruire les terminaisons buccales, ce qui expliquait la chose...

Partagée entre le cynisme, l'ironie et une mine profondément sérieuse, tu es une pince-sans-rire. Quand on ne te connaît pas, il est parfois difficile de savoir quand est-ce que tu plaisantes et où s’arrête ton sérieux. Pourtant tu es joueuse, c'est un fait. Tu aimes te jouer des autres, et le plus souvent sans leur avis.
Revenant vers la table, tu y poses alors ton verre - de nouveau vide - prenant un instant pour choisir ta réponse.

- Voilà qui est mieux en tout cas, j'avais peur d'avoir affaire à quelqu'un de trop sage. En effet, ce n'était qu'une supposition, pas une obligation. Tu es là car nous partons dans, tu regardes ta montre un instant, seize heures exactement pour faire un pique-nique en Grande-Bretagne. J'aurais bien proposé aux Templiers de se joindre à notre petite sauterie, mais je doute qu'ils aient assez d'humour pour cela. Un jour, peut-être retireront-ils le balai qu'ils ont dans le cul...

Probablement pas. A choisir, tu préfères toujours te prendre la gueule avec les Illuminatis. Eux, au moins, ils ont de l'humour et ne se prenne pas trop au sérieux à cause d'une connerie de tradition ancestrale. Ça fait toujours une petite différence sympathique quand ils vous enfoncent une lame dans les cotes... Puis ça donne de bonnes anecdotes à ressortir les soirs de bars.
Ceci dit, ce qui est encore plus drôle, c'est de les regarder se prendre le bec et d'attendre le bon moment pour agir. Y a pas à dire, rien ne vaut les rivalités ancestrales pour insuffler encore plus de chaos...

- Du coup, il n'y aura que toi, moi et une autre jeune recrue. Je supervise cette opération, je rencontre donc les bleus-bites qu'il va me falloir garder en vie. Dans la mesure du possible... Bien qu'au pire, un petit tour dans le puits d'Anima et on n'en parle plus.

Tu n’omets pas le fait que ce soit toi qui viennes à mourir, simplement, tu sais que si cela venait à arriver, tu amènerais ton ennemi avec toi dans la tombe : il faut bien que toute ta C4 serve à quelque chose, au bout d'un moment...

- Appelle-moi Laura, sinon. Inutile de connaître le nom de famille, tu vas l'écorcher inutilement. La Mère patrie à un goût prononcé pour les noms difficiles...

Et puis, que ce soit par ton accent, ta carrure ou ton intérêt pour une pauvre vodka rurale inconnue du grand public, il est difficile de ne pas deviner tes origines. Tu es russe jusqu'au bout des doigts Laura, et tu fais clairement tache dans le décor, comme une bonne partie des Dragons.
Ceci dit, aucune autre organisation n'aurait su quoi faire du chaos ambulant qu'est ta personne...

Soudainement, tu retournes vers ton lit, y attrapant la veste en cuir qui s'y trouve, et que tu enfiles rapidement, faisant alors disparaître ton débardeur. Tu ne sais pas ce qu'il en est pour la petite, mais toi, tu as faim. Boire fini toujours par t'ouvrir l’appétit, il faut croire...
Tu lances un regard en coin à la gamine, finissant de mettre ta veste en attendant qu'elle se lève.  

- Bien, allons grailler. Je ne sais pas pour toi, mais je déteste partir en mission le ventre vide. On peut continuer cette discussion autour d'un... Bah on s'en fout, de toute façon je retiens jamais le nom de leurs plats.

Tu détestes la nourriture coréenne, mais c'est toujours mieux que rien, tu présumes. Ceci dit, il t'est déjà arrivé de prendre l'Agartha juste pour aller manger à New-York. Au moins, la-bas, ils ont des burgers, pas des plats contenant probablement du chien, du serpent ou tout autre truc bizarre. Raciste? Non, juste naturellement insatisfaite de tout.
Et puis, rien ne vaut de la malbouffe bien grasse et écœurante avant de partir mourir pour une cause, n'est-ce pas?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 29
Expérience : 40
Pax Romana : 312

MessageSam 5 Sep - 15:30

Elle me regarde, inexpressive. Je n'aurais peut être pas du etre aussi audacieuse. Et puis mince, c'est mon caractère !

- Ne t'en fais pas pour la vodka, on se fait vite au goût, et puis, elle le talent non négligeable de devenir bien plus buvable au bout du troisième verre. Je la soupçonne de détruire les terminaisons buccales, ce qui expliquerait la chose...

Ça ne change rien au goût infect de la boisson. Elle revient et pose son verre vide sur la table. Je ne sais pas combien elle en a bu, mais elle doit avoir l'habitude de toute façon.

- Voilà qui est mieux en tout cas, j'avais peur d'avoir affaire à quelqu'un de trop sage. En effet, ce n'était qu'une supposition, pas une obligation. Tu es là car nous partons dans seize heures exactement pour faire un pique-nique en Grande-Bretagne. J'aurais bien proposé aux Templiers de se joindre à notre petite sauterie, mais je doute qu'ils aient assez d'humour pour cela. Un jour, peut-être retireront-ils le balai qu'ils ont dans le cul...

Je blêmis ! Oh non, pas la Grande-Bretagne ! La dernière fois que j'y suis allé, Nathaniel m'a bien fait comprendre de ne jamais remettre les pieds là-bas. Mais je n'ai pas vraiment le choix. Elle n'acceptera jamais de changer d'avis. Bon et bien, je crois que je vais devoir compter sur la chance.

- Du coup, il n'y aura que toi, moi et une autre jeune recrue. Je supervise cette opération, du coup, je rencontre les bleus-bites qu'il va me falloir garder en vie. Dans la mesure du possible... Bien qu'au pire, un petit tour dans le puits d'Anima et on n'en parle plus.

Tiens, une personne supplémentaire. Si j'étais un peu plus sociable, je la connaîtrais surement mais pour ce que je m'intéresse aux autres... Par contre, nous serons trois Enfants du Miel si j'ai bien compris. Ça pourrait être intéressant finalement, si tant est que les Templiers ne nous tombent pas dessus.

- Appelle-moi Laura, sinon. Inutile de connaître le nom de famille, tu vas l'écorcher inutilement. La Mère patrie à un goût prononcé pour les noms difficiles...

Au moins, ça confirme ses origines, elle est russe. Je ne cherche même pas à savoir son nom de famille, ça ne m'intéresse pas. Et puis, je n'en ai pas moi-même, peu m'importe celui des autres. Juste un prénom, c'est tout ce qu'il me faut. Tout à coup, elle se hâte vers le lit, récupère sa veste et me regarde rapidement.

- Bien, allons grailler. Je ne sais pas pour toi, mais je déteste partir en mission le ventre vide. On peut continuer cette discussion autour d'un... Bah on s'en fout, de toute façon je retiens jamais le nom de leurs plats.

Il s'avère que j'ai faim aussi, je n'ai pas manger avant de venir et il faut que j'avale quelque chose pour éponger cette vodka.

- Je ne connais pas les noms mais je peux t'assurer que la bouffe coréenne est infecte. Je crois que je préfère encore cette vodka. Mais tu as raison, allons manger. Par contre, je ne connais pas trop le coin donc je te suis. On pourra surement trouver quelque chose de pas trop dégueulasse, j'espère. Sinon, qui est la troisième recrue ?

Ça m'intéresse, je suis curieuse et puis, elle à l'air de répondre à toutes les questions que je lui pose donc autant en profiter.

- Tu pourras m'expliquer la mission aussi. Sur ce, allons y Laura.

J'aime bien son prénom, il sonne bien à l'oreille même si un prénom n'est pas fait pour ça. Je me lève et me dirige vers la porte. Je n'ai pas quittée ma veste depuis que je suis arrivée, je crois que je deviens frileuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 44
Expérience : 200
Pax Romana : 1320

MessageLun 7 Sep - 6:40

Septembre 2008 - Séoul : Au Kumiho Hotel
Chambre 102 - aux alentours de 19h
Présents : Laura Sapkowski - Dragon - Grade 2 - #5c9037
Ombe - Dragon - Grade 1 #288B19

- Je ne connais pas les noms mais je peux t'assurer que la bouffe coréenne est infecte. Je crois que je préfère encore cette vodka. Mais tu as raison, allons manger. Par contre, je ne connais pas trop le coin donc je te suis. On pourra sûrement trouver quelque chose de pas trop dégueulasse, j'espère. Sinon, qui est la troisième recrue ?  Tu pourras m'expliquer la mission aussi. Sur ce, allons y Laura.

Manifestement, tu n'es pas la seule ici à ne pas aimer la nourriture coréenne. A vrai dire, tu n'aimes pas la cuisine asiatique dans son ensemble, problème de culture, peut-être. Pourquoi des trois organisations, il fallut que tu fasses partie de la seule s'étant perdue en Asie? En même temps, en suivant un enseignement comme celui du ''Dragon'', il ne fallait espérer résider à Tahiti. Et puis de toute façon, tu n'as jamais aimé la chaleur étouffante des tropiques...
Tu ricanes légèrement sur sa remarque sur ta vodka, cependant. C'est un fait, elle est imbuvable, mais tu ne saurais t'en passer. C'est un peu le petit truc qui te rattache à tout le reste, t’empêchant d’errer à travers une nuée d'absurde et d'horreur, jusqu'à en perdre la raison.

- Sois coincée trois jours dans la neige et le froid et tu béniras cette vodka, la buvant avec reconnaissance, même. Souvenir, souvenir. La guerre, c'est moche, qu'elle soit secrète ou non. Quant à la recrue... Disons qu'elle est jeune, comme toi... Ou plus encore, mais qu'elle dépasse probablement nos capacités intellectuelles à nous deux réunis. Bref, tu vois l'genre, génie asocial. Vous avez au moins ça en rapport. J'suis sûre que vous deviendrez très vite de bonnes amies une fois que vous aurez compris le concept du sourire.

Moqueuse? Toujours. Piquante? De temps en temps.
Vous quittez l’hôtel pour suivre rapidement une rue en silence. Tu n'aimes pas parler dans les lieux ouverts. Trop de monde, trop de possibilités d'écoutes. Trop de points d'attaque. Paranoïaque? Tout le monde le devient un peu avec les années, toi peut-être un peu plus que d'autres. On ne côtoie pas les illuminatis sans se méfier à force de tout ce qui porte un logo d’œil...
Trouver un restaurant potable, voilà une tache difficile. Toi qui déteste le sucré-salé, tu as bien du mal à trouver quoi que ce soit de mangeable dans ce pays... Soit tu manges sucré, soit tu manges salé, mais les deux en même temps est tout bonnement écœurant. Ironique quand on réside en Corée, n'est-ce pas?
Si vous n'aviez pas une mission prévue pour le lendemain, tu aurais probablement proposé à ta compagne de partir pour New-York à l'instant, mais ta dernière virée s'étant terminée avec une épaule démise et un nez cassé - pas forcément le tien -  tu conviens qu'il y a mieux comme endroit pour un repas d'avant guerre. Autant rester au chaud chez soi, quitte à manger du chien...
Vous finissez dans un restaurant de soupe et de nouilles. Tu aimes bien les soupes, c'est une des rares choses chez eux qui ne comprend pas de sucre. Puis ça te rappelle le pays, dirons-nous... Même si la leur manque cruellement de chou et comprend bien trop d'algues. Tu as l'impression à chaque gorgée de boire la tasse, et pour être déjà ''morte'' noyée, tu avoues que l'expérience est particulière...

- Bien, parlons donc de la mission, maintenant.

Soudainement, brisant le silence alors que votre commande vient d'arriver, tu cesses de regarder ton plat d'un air septique pour te tourner vers Ombe, la regardant un instant, critique, avant de hocher légèrement de la tête comme pour toi-même.
Personne ne saura jamais à quelle conclusion tu venais d'arriver à cet instant...

- L'ennemi est encore à identifier. Un point important. Tout ce que nous savons pour l'instant, c'est qu'une suite impressionnante de disparition à eu lieu à Amesbury. Le réel problème dans cette histoire n'est pas tant les disparitions - au passage, je pense qu'il est inutile de chercher des survivants - mais plus les manières dont on doit agir. Nous sommes hors du monde secret. Quoi que nous fassions, il faudra être discret. Vraiment discret.

Et ça, ce n'est pas ton point fort, mais tu préfères éviter de le souligner pour le moment. Ceci dit, puisque la moitié de tes méthodes comprennent des explosifs, il n'est pas difficile de savoir, pour peu qu'on te connaisse un peu, que tu as une forte tendance à te faire remarquer.
Tu n'es pas le genre de femme qu'on ignore facilement...

Passant tes bras derrière ta tête, tu te laisses balancer en arrière sur la chaise du bar restaurant auquel vous avez pris place, regardant par la même occasion le plafond des lieux, l'air pensive, tandis que tes sourcils se froncent. Cette mission t'agace déjà.

- Ça sera loin d'être une mission facile, non, tu te dois d'être rassurante, confiante, mais avec nos trois profils réunis, ça me semble faisable, pour peu que nous agissions de façon accordée et stricte...

Ce qui est généralement difficilement commandable à des bleus-bites rebelles, mais c'est pas comme si vous aviez le choix, hein? Tu lui adresses un rapide rictus, avant de laisser retomber ton tabouret en avant dans un bruit sourd, reprenant alors ton repas après un soupir résigné. Ton royaume pour un burger.

- Tu as quoi comme expérience du terrain, exactement? Quelles sont tes méthodes?

Il faut que tu en saches plus, il faut que tu la comprennes mieux. Sans toutes les cartes en main, il sera impossible pour toi de mettre en place un plan acceptable et suffisant pour demain. Probablement pourrait-on s'attendre de ta part que tu es l'impression de manquer de temps, mais tu n'es pas le genre de femme à paniquer pour si peu.
Tant que tu connais tes cartes et tes pions, le reste peut facilement s'improviser à coup de C4...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 29
Expérience : 40
Pax Romana : 312

MessageLun 7 Sep - 20:18

Elle ricane, c'est bon signe. Au moins, on a l'air de ne pas se détester, à défaut de bien s'entendre !

- Sois coincée trois jours dans la neige et le froid et tu béniras cette vodka, la buvant avec reconnaissance, même. Quant à la recrue... Disons qu'elle est jeune, comme toi... Ou plus encore, mais qu'elle dépasse probablement nos capacités intellectuelles à nous deux réunis. Bref, tu vois l'genre, génie asocial. Vous avez au moins ça en rapport. J'suis sûre que vous deviendrez très vite de bonnes amies une fois que vous aurez compris le concept du sourire.

Brrr... Je frissonne, je déteste vraiment le froid. Donc, tout sauf ça ! Et c'est elle qui me parle de sourire. Je rigole doucement. Par contre, la recrue m'intéresse. Encore plus jeune que moi ? Je vais finir par croire que les jeunes vont chez les Dragons et les vieux chez les Templiers. je pense à Nathaniel. Il m'aurait découpé pour cette remarque.

Nous avançons tranquillement dans les rues de Séoul. Il n'y a pas un bruit, pourtant je ne peux m'empêcher de penser à la mission. Pourquoi m'envoyer là-bas ? Dans le rapport, j'avais expliqué ce qui s'était passé. Alors, pourquoi moi ? Finalement, nous arrivons devant un restaurant de nouilles. Oui, ils font aussi de la soupe mais je ne prends que des nouilles. Nous nous installons et contrairement à moi, Laura prend de la soupe. Je me demande pourquoi vu la façon dont elle regarde son bol. Soudain, elle se tourne vers moi !

- Bien, parlons donc de la mission, maintenant. L'ennemi est encore à identifier. Un point important. Tout ce que nous savons pour l'instant, c'est qu'une suite impressionnante de disparition à eu lieu à Amesbury. Le réel problème dans cette histoire n'est pas tant les disparitions - au passage, je pense qu'il est inutile de chercher des survivants - mais plus les manières dont on doit agir. Nous sommes hors du monde secret. Quoi que nous fassions, il faudra être discret. Vraiment discret.

De la discrétion. Je pense pouvoir le faire. J'espère surtout... Laura se balance sur sa chaise, l'air pensive. Il est vrai qu'elle n'est surement pas la personne la plus discrète mais mieux vaut ne pas se fier aux apparences.

- Ça sera loin d'être une mission facile mais avec nos trois profils réunis, ça me semble faisable, pour peu que nous agissions de façon accordée et stricte...

Moi, je veux bien suivre les ordres. Je ne fais que ça depuis que je suis arrivée de toute façon. Cependant, je préfère avoir le droit de donner mon avis, même si je ne suis qu'un débutante. Et puis, si c'est Laura qui dirige, il doit bien y avoir une raison, autant lui faire confiance. Tout à coup, son tabouret retrouve sa stabilité.

- Tu as quoi comme expérience du terrain, exactement? Quelles sont tes méthodes?

Bon, il fallait bien en arriver là un jour, autant être honnête.

- Hum... Disons que je n'en ai que très peu. J'ai fait une fois une mission en Avalon mais ça s'est assez mal passé. Des Templiers...un Djinn...un Démon (Ma voix diminue au fur et à mesure.) Enfin, je connais un peu Avalon quoi !

En plus, je ne lui ai pas parlé de mon pouvoir, je n'aime pas en parler. Là, je ne pouvais pas plus m'enfoncer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 44
Expérience : 200
Pax Romana : 1320

MessageMar 8 Sep - 4:30

Septembre 2008 - Séoul : Au Kumiho Hotel
Restaurant - aux alentours de 19h
Présents : Laura Sapkowski - Dragon - Grade 2 - #5c9037
Ombe - Dragon - Grade 1 #288B19

- Hum... Disons que je n'en ai que très peu. J'ai fait une fois une mission en Avalon mais ça s'est assez mal passé. Des Templiers...un Djinn...un Démon. Enfin, je connais un peu Avalon quoi !

Bien, elle ne part pas de rien, c'est déjà ça. Une mission, c'est mieux que rien. Une mission avec d'autres factions, c'est plutôt pas mal. Et une mission comprenant des Djinns, des démons et des Templiers et bien, disons qu'au moins, elle ne se sentira pas déstabilisé qu'importe ce qu'il se passera en Avalon.
Tu accuses l'information plutôt floue en fronçant les sourcils, cessant de t'occuper de ta soupe pour lancer un regard réprobateur à Ombe. Tu vois bien qu'elle s'enfonce, mais tu as la grâce naturelle d'un hippopotame quand on parle de pédagogie. Tu ignores comment la rassurer, tout ce que tu sais faire, en revanche, c'est lui expliquer pourquoi elle est en tort et comment changer ça.
Tu es un soldat, pas une mère.

- Ok, tu connais un peu le terrain, mais tu ne m'apprends rien sur tes capacités, or... On doit bosser ensemble.

Tu croises les bras, essayant en vain de ne pas être trop... Blessante. Manifestement, le sujet est miné, mais il te faut ces informations. Tu te fiches des raisons qui la poussent à ne pas se vanter, comme la moitié des bleus, sur ces capacités tant que tu arrives à les avoir le fin mot de l'histoire. Tu continues, essayant en vain d'adoucir ta voix. Un vrai pitbull.

- C'est cool si t'as déjà vu un Djinn, mais hormis s'il t'a donné une arme pour venir à bout de notre ennemi, ça m'en touche une sans faire bouger l'autre. La seule arme qui soit à ma... A notre disposition ici, c'est toi, et pour l'instant, j'ignore tout d'elle.

Et en temps normal, tu en aurais rien à faire. Mais demain, vous allez toutes devoir travailler ensemble pour venir à bout d'un truc qui essayera potentiellement de vous tuer ou de vous manger, au choix. Tu as une nuit pour trouver un début de plan, autant commencer maintenant, non?

- Si ton truc c'est de cramer tout ce qui bouge, ok, pas de problème, mais j'aimerais le savoir avant d'avoir à combattre au milieu d'un champ de blés. C'est la première chose à dire à quelqu'un désormais, genre:  '' Salut, je m'appelle Laura, j'aime les burritos et tout ce qui explose''. Tu vois le genre?

Tu secoues doucement, la tête. Comment peut-elle penser un seul instant pouvoir oublier une information aussi capitale? Autant refuser tout de suite la mission. Pour un plan, il faut des pions, et il est préférable de savoir si on dispose d'un cavalier ou d'une tour avant de lancer une attaque.
Pour le coup tu acceptes de faire cela dans le sens inverse, t'exposant avant de l'exposer. Avec cette gosse, il faut savoir montrer patte blanche.

- …  Je suis une spécialiste des explosifs, mais j'm'en sors aussi très bien au corps à corps et j'suis plutôt bonne quand il faut sauter d'un toit. En temps normal, la discrétion c'est pas mon domaine de prédilection, mais je suis suffisamment compétente pour m'en sortir hors du monde secret.

Tu prends le temps de réfléchir, essayant de trouver ce qu'il lui serait utile de savoir. C'est un exercice auquel tu n'es pas habitué, ayant travaillé le plus clair de ton temps seule.
Trois solitaires forcées de cohabiter, quelle drôlerie...

- J'ai des tendances autoritaires qui nuisent à mon travail d'équipe. J'ai reçu une éducation militaire, et opérée dans les groupes d'intervention spéciale...

Tu soupires. Le goût de l'alcool te brûlant le palais te manque, à cet instant. Ne pas y penser, inutile de s’intéresser au passé. Doucement, tu passes une main dans tes cheveux, sur ton crâne, laissant passer un instant, les sourcils froncés, avant de revenir, légèrement lasse.
Ça te passera, et bien vite, je peux te l'assurer.

- Allez gamine, capacités, armes et... Tu finis ta soupe sans ménagement aucune. Disons que ça sera un bon début. Ah! Et je n'aime pas les burritos, c'était pour... L'image. Je préfère les tacos... Et les Burgers.

Autant le préciser, n'est-ce pas? Ne sait-on jamais...



[Hj: Laura, bavarde? Naaaaan]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 29
Expérience : 40
Pax Romana : 312

MessageMar 8 Sep - 19:36

Vu le regard qu'elle me lance, je pense que ma réponse ne lui convient pas. J'aurais du lui parler de mon pouvoir mais je n'ai pas osais. Pourtant, il va surement falloir que je le fasse.

- Ok, tu connais un peu le terrain, mais tu ne m'apprends rien sur tes capacités, or... On doit bosser ensemble. C'est cool si t'as déjà vu un Djinn, mais hormis s'il t'a donné une arme pour venir à bout de notre ennemi, ça m'en touche une sans faire bouger l'autre. La seule arme qui soit à ma... A notre disposition ici, c'est toi, et pour l'instant, j'ignore tout d'elle. Si ton truc c'est de cramer tout ce qui bouge, ok, pas de problème, mais j'aimerais le savoir avant d'avoir à combattre au milieu d'un champ de blés. C'est la première chose à dire à quelqu'un désormais, genre:  '' Salut, je m'appelle Laura, j'aime les burritos et tout ce qui explose''. Tu vois le genre?

Je crois que j'ai compris, c'est bon. Mais, elle n'est pas à ma place. Pour qui elle se prend ? Pour quelqu'un qui veut accomplir sa mission et ne rien risquer. Je n'avais même pas besoin de me poser la question. Elle a raison, je dois oublier mes fantômes du passé et avancer. Je crois que j'ai toujours voulue être seule pour ne jamais avoir à expliquer mon pouvoir. Mais maintenant, nous sommes deux, bientôt trois. Je dois changer, je dois penser au groupe avant de penser à moi.

- …  Je suis une spécialiste des explosifs, mais j'm'en sors aussi très bien au corps à corps et j'suis plutôt bonne quand il faut sauter d'un toit. En temps normal, la discrétion c'est pas mon domaine de prédilection, mais je suis suffisamment compétente pour m'en sortir hors du monde secret. J'ai des tendances autoritaires qui nuisent à mon travail d'équipe. J'ai reçu une éducation militaire, et opérée dans les groupes d'intervention spéciale...

Elle se dévoile entièrement, elle veut me rassurer, je pense. Finalement, elle n'est pas aussi froide qu'on l'imagine. Chacun à ses secrets, je suis juste égoïste de vouloir croire que je suis la seule à avoir des problèmes.

- Allez gamine, capacités, armes et... Disons que ça sera un bon début. Ah! Et je n'aime pas les burritos, c'était pour... L'image. Je préfère les tacos... Et les Burgers.

Cette dernière réflexion me fait sourire, je sais que je peux lui faire confiance.

- Je maîtrise la foudre, enfin je fais ce que je peux avec. Je peux aussi être discrète s'il le faut. Je n'ai pas d'armes. Je n'en ai trouvé aucune qui me plaisent pour l'instant. Par contre, une russe qui adore les burgers, c'est assez atypique, si je peux me permettre.

Je lui souris, me retenant de rire à cette réflexion. Je me sens soulagé, en fait. Finalement, parler n'est pas si dur. Il va juste falloir que je m'y habitue, petit à petit.

- D'ailleurs, tu es sûre que tu ne préfères pas m'appeler Ombe, plutôt que gamine ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 44
Expérience : 200
Pax Romana : 1320

MessageJeu 10 Sep - 2:35

Septembre 2008 - Séoul : Au Kumiho Hotel
Restaurant - aux alentours de 20h
Présents : Laura Sapkowski - Dragon - Grade 2 - #5c9037
Ombe - Dragon - Grade 1 #288B19

- Je maîtrise la foudre, enfin je fais ce que je peux avec. Je peux aussi être discrète s'il le faut. Je n'ai pas d'armes. Je n'en ai trouvé aucune qui me plaisent pour l'instant. Par contre, une russe qui adore les burgers, c'est assez atypique, si je peux me permettre.

La foudre. Intéressant. Aussi étrange que ça puisse paraître, tu as toujours été mal à l'aise avec l'utilisation plus... Magique, de l'anima. Tu ne la comprends pas. Probablement est-ce trop éloigné de ce que tu es pour qu'un jour tu puisses la manier. Ton corps est ton arme, bien plus que tout le reste. Tu n'as jamais cherché d'autres armes que tes poids, tes pieds, et tout ce qui explose. Dans un sens, tu te cantonnes qu'à ce tu connais, à ce qui t'est familier : la force à l'état brut. Il n'y a qu'ainsi que tu restes en harmonie avec ta nature profonde, aussi violente et brutale.

Sa discrétion sera de loin votre capacité la plus utile, et le fait qu'elle ne possède pas d'arme est parfait. Il est toujours gênant de se balader en pleine ville avec un marteau faisant sa taille dans le dos. Pour ta part, tu as vite adopté l'utilisation de sac à dos pour cacher tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à des explosifs. Les Hommes sont devenus quelque peu paranoïaques à ce sujet depuis quelques années et comment leur en vouloir?
Imagine un seul instant ce qu'ils deviendraient s'ils voyaient ce tu vois tous les jours, Laura.
Le secret à son utilité. Il protège ceux qui ne peuvent l'accepter de la vérité.

A sa remarque sur les burgers, tu laisses un rictus amusé peindre tes lèvres. Ta passion des burgers t'étonne toi-même, on aurait pu s'attendre à ce que tu aies quelques remontrances à manger le plat presque favori d’ennemis aussi ancien, mais... Il faut bien l'avouer, la malbouffe, ça à bon goût à défaut d'être nourrissant. Et tu préfères largement ça à l'idée de devoir encore une fois manger une de leurs raviolis bizarres aux crevettes...

- D'ailleurs, tu es sûre que tu ne préfères pas m'appeler Ombe, plutôt que gamine ?

Ombe sourit. Voilà qui te laisse bizarrement confiante. Vous auriez pu très mal vous entendre, vous regarder en chien de faïence toute la soirée et finir ennemies forcées de cohabiter, et pourtant vous voilà presque à plaisanter. A force de concession, vous avez pu trouver un terrain d'entente qui vous va, sans pour autant mettre à mal vos caractères respectifs. C'est un début prometteur.

- Permets-toi. Permets-toi toujours, même quand les autres te l'interdisent. On ne gagne jamais rien à se taire pour complaire. Tu ricanes un peu. Par contre on gagne beaucoup à jouer les grandes gueules, mais quelques coups n'a jamais tué personne... Ça forge le caractère de se battre pour ses idées, aussi connes soient-elles.

Faisant signe à la serveuse de vous apporter l'addition tandis que votre repas arrive à sa fin, tu sors de ta poche quelques Won, te débattant pour faire la part entres les différentes devises présentes dans ta veste : dollars, won et livres. Il n'est pas difficile de voir quels lieux ont ta préférence. Tu attrapas alors l'addition, fronçant un instant les sourcils pour trouver le total, avant d'enfin laisser la somme exacte et faire signe à Ombe de te suivre, tandis que vous sortez sous le tintement du petit carillon de l'entrée.
Pittoresque...

- Hey, qu'on soit clair gamine, demain ce n'est pas une mission suicide. Ce n'est pas demain la veille qu'on enverra des bleus au casse-pipe. Mais ça sera pas une partie de plaisir pour autant. Soyons prêtes à tout et qui sait... Si on s'en sort je réfléchirai peut-être à l'idée de changer ton surnom.

C'est une promesse. Une promesse plus grande que le simple fait de revenir de cette mission. Tu la gardes sous ton aile, n'est-ce pas? Tu aimerais, du moins, que cela soit officiel ou non t'importe peu. Ombe te va bien au caractère, faut croire.
L'air s'est rafraîchi dehors, tandis que vous continuez à avancer vers les ruelles, continuant à retourner vers votre point de départ.

- Demain neuf heure au temple, on partira dans la demi-heure suivante, et si tout se passe bien, nous y serons avant onze heure. Ne soit pas en retard, que je te présente notre troisième camarade.

A cette idée, tu souris. Il te tarde de voir leur rencontre...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 29
Expérience : 40
Pax Romana : 312

MessageSam 12 Sep - 13:06

Elle se met à rire un peu. C'est bon signe ou pas ? Je pense que oui. Finalement, le courant passe mieux que je ne l'aurais imaginé !

- Permets-toi. Permets-toi toujours, même quand les autres te l'interdisent. On ne gagne jamais rien à se taire pour complaire. Par contre on gagne beaucoup à jouer les grandes gueules, mais quelques coups n'a jamais tué personne... Ça forge le caractère de se battre pour ses idées, aussi connes soient-elles.

Je me fais peut être une fausse impression mais j'ai l'impression qu'elle me pousse à avancer et à me battre pour ce que je crois. Elle paye même ma part de l'addition avant de partir. Le bruit du carillon me fait sourire, j'imagine la réaction de Laura dans sa tête.

- Hey, qu'on soit clair gamine, demain ce n'est pas une mission suicide. Ce n'est pas demain la veille qu'on enverra des bleus au casse-pipe. Mais ça sera pas une partie de plaisir pour autant. Soyons prêtes à tout et qui sait... Si on s'en sort je réfléchirai peut-être à l'idée de changer ton surnom.

Enfin, les choses sérieuses ! Mais malgré son ton et sa façon de le dire, il y a un désir de me protéger. Elle n'est pas si froide et insensible que ça. Je l'avais deviné à l'hôtel mais là, ça se confirme. Par contre, il fait encore plus froid maintenant. Vivement la chaleur de demain ! Je la suis dans les ruelles, retournant sur nos pas.

- Demain neuf heure au temple, on partira dans la demi-heure suivante, et si tout se passe bien, nous y serons avant onze heure. Ne soit pas en retard, que je te présente notre troisième camarade.

Elle sourit, elle s'imagine surement ma rencontre avec l'autre recrue. Je ne pense pas qu'elle sera déçue.

- Pas de soucis, je serais à l'heure. Et sache que j'ai autant l'intention de mourir que toi d'arrêter la vodka ! Tu l'as dit toi-même, ça nous forgera le caractère. Bien, à demain !

Je fourre mes mains dans mes poches pour les réchauffer et je pars dans la direction où je suis arrivée. J'imagine déjà son sourire pour ma remarque sur la vodka. Je suis plutôt contente de ma soirée finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



Message

Revenir en haut Aller en bas
 
Clos | Cours, marche ou rampe, Mais ne cesse jamais d'avancer | Sept. 2008
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Secret World :: Villes :: Séoul :: Kumiho Hotel-